« Apple » ou comment coller aux écoliers un ipad dans le cartable.

Je devrais peut-être plutôt dire comment se mettre les sous-sous de papa et maman dans la poche.

Car en investissant de plus belle dans le secteur de l’éducation, Apple espère non seulement s’attirer les faveurs des petits, mais aussi des grands qui, par le vecteur ‘famille’ sont également des clients potentiels.

Ce matin à New-York avait lieu un Keynote un peu spécial. En effet, il ne s’agissait pas de la sortie de matériel « dernier cri » comme on en a l’habitude avec Apple mais plutôt d’une série de trois applications pour Ipad et iphone, spécialisées pour le monde éducatif.

Y a-t-il pour autant, de quoi sauter de joie?

Non. Voyons tout de même ce qu’il y a d’intéressant!

Parlons un peu du fond et de ces trois applications.

Ibooks2 : qu’est-ce que c’est donc que ça? Quelles sont ces trois applications?

Ibooks2 vous permet, non seulement de lire votre ebook mais surtout, et c’est la nouveauté, d’interagir avec: on tape pour ouvrir un objet interactif, on balaye d’une page à l’autre, on pince pour zoomer ou fermer un chapitre, etc. iBooks 2 permet par ailleurs de surligner des passages et de prendre des notes. De quoi égratigner l’image du livre ennuyant…

Avec le manuel scolaire accessible dans Ibooks2, tout bon élève a besoin d’un cahier, notamment pour ‘enregistrer’ (et oui, il s’agit aussi d’adapter son vocabulaire) ses devoirs ou classer du contenu important tels que des documents et ses cours.

Pour ce faire, Apple a créé l’application Itunes U. Les professeurs peuvent poster des messages dans l’application iTunes U, afin de par exemple donner des devoirs. Les cours, eux, sont intégrés à l’application. Celle-ci reprend la bien-connue plateforme ITunes U qui permet de télécharger librement sur son ipad des contenus éducatifs, partagés par des centaines d’universités dans le monde.


Etant donné la facilité avec laquelle on pourra récupérer des cours avec ce système, le mystère reste entier quant à son efficacité sur la baisse de l’absentéisme… Mais il faut tout de même avouer que c’est intéressant, du point de vue de l’organisation.

Néanmoins, la virtualisation du cours en rendra plus d’un sceptique.

Cet outil pourrait servir à l’enseignement de certaines matières plus que d’autres.

Concernant l’enseignement des langues et du FLE, l’utilité resterait limitée à une utilisation en parallèle à des cours en classe, une langue vivante est, ne l’oublions pas, belle et bien vivante! L’ipad a ses limites… (ouf!)

En tant que professeur, on peut trouver en Itunes U un réel intérêt, notamment pour préparer et enregistrer des séquences de cours. A voir si l’application supporte une intégration complète de médias et de contenus html.

Troisième et dernière super App(le)! Ibooks Author!

Cette application semble tout simplement révolutionnaire… Désormais, on n’est plus cantonné à lire des ebooks sur son ipad mais on peut aisément les créer! Eh bien non! Le joujou joli mais frustrant reste joli et frustrant. La gestion des fichiers n’étant toujours pas ce qu’elle devrait être sur Ipad, cette application n’est disponible pour être utilisée uniquement sur votre Mac.

Pour la petite histoire, j’ai commandé un ipad il y a quelques mois pour m’en servir essentiellement comme d’un outil pour préparer mes cours. Ô surprise et déception quand je me suis rendu compte que la marge de manoeuvre était vraiment limitée et que mon bon vieux macbook restait tout puissant en l’affaire. Certes il y a de bonnes applications mais il y a toujours un ‘mais’.En conséquence, après une semaine de multi-touch, je l’ai gentiment renvoyé à la case départ.

Avec Ibook2 et Itunes U, on accède au niveau supérieur pour s’instruire et prendre des notes. Pour ce qui est de la création, on est cantonné au Mac. Mais c’est pour le meilleur, car c’est une large palette de création qui nous est proposée à travers de Ibooks Authors: manuels scolaires ou livres avec intégration de médias photos et vidéos, QCM, présentations Keynotes, éléments HTML et j’en passe… et avec la manière s’il vous plaît! Car tout est beaucoup simple et intuitif (c’est à dire à la sauce Apple) que ce qu’il y avait jusque-là sur le marché.

Certes, ce Keynote n’a pas dévoilé de matériel high-tech « tam-pommé » Apple, mais ces trois petits bijoux vont selon moi rapidement s’intégrer au système éducatif américain, dans un premier temps, et mondial (vu comme c’est parti) d’ici quelques années.

Vous trouverez la retransmission vidéo du keynote en cliquant sur ce lien.

Publicités

5 réflexions sur “« Apple » ou comment coller aux écoliers un ipad dans le cartable.

  1. L’idée est bonne mais ce qui est gênant c’est qu’un industrielle veuille se faire de l’argent dans l’éducation parce que c’est ça le vrai but. Pourquoi le contenu est accessible uniquement sur ipad? pour vendre plus d’ipads et se faire de l’argent sur la vente du contenu et sur la vente d’ipad. On peut très bien utiliser des e-books libres et gratuits et ne pas avoir à passer par Apple. Pour mes études en EEA on utilise majoritairement des logiciels libres et ils suffisent largement on a pas besoin pas besoin d’Apple. On peut faire pareil avec les e-books, on peut très bien utiliser des formats libres et laissé chacun choisir son support matériel, ipad ou autres tablettes. On ne doit pas avoir a passer par un industriel pour avoir ce qu’on peut avoir gratuitement, on ne doit pas avoir a créer un compte ou a donner son numéro de carte bleu a un industriel alors qu’on est dans le monde de l’éducation.
    L’éducation doit être accessible et pour cela un industriel ne doit pas y mettre son nez (en tout cas il y a des limites) parce que son but principal est de se faire de l’argent. En plus là c’est aussi un moyen pour Apple de recruter et de fidéliser dès le plus jeune âge.

    Je lis un peu partout des gens qui donnent des exemples ou d’autres qui se définissent comme étant professeur en Chine ou au Canada et tous présentent Apple comme étant le partenaire idéale pour disposer d’outils formidables pour les études et blablabla… Il faut arrêter avec ça, Apple n’a pas inventer grand chose, Apple est cher, on peut très bien utiliser des logiciels dans l’éducation. L’éducation ne doit pas devenir un endroit ou un industriel
    peut se faire de l’argent ou un endroit ou il vient promouvoir ses produits.

    L’idée est bonne mais ça peut se faire sans Apple.

  2. Bonjour Roy!
    En effet, le nerf de la guerre reste l’argent et Apple n’est pas juste bien intentionné…
    L’entreprise américaine ne voit pas uniquement nos chères têtes blondes comme de futurs ‘cerveaux’ mais aussi (‘et surtout’ diront certains) de futurs pomm’addicts.

    Certes, il existe d’autres logiciels, d’autres moyens de création notamment, mais, et c’est là la raison du succès d’Apple, ces alternatives ne sont pas aussi riches, intuitives et esthétiques que les solutions d’Apple.

    Je t’invite à regarder cette petite vidéo qui donne un aperçu rapide des possibilités de lecture.

    Alors certes, ce n’est pas l’unique solution mais c’est tout de même épatant. Et du point de vue éducatif, ça peut sûrement apporter certains résultats intéressants.

  3. C’est vrai que les alternatives ne sont pas aussi riches, intuitives et esthétiques que les solutions Apple, là on est d’accord sur ce point. Cela dit je pense que ça ne doit pas être un prétexte, après quelle solution prendre à la place? là est la question…
    Ce n’est pas le fait qu’Apple veuille faire de l’argent qui me dérange mais, plutôt qu’apple veuille le faire dans l’éducation avec des prétextes du genre « l’éducation est dans l’adn d’Apple ».
    Regarde cet article si tu as le temps: http://www.phonearena.com/news/Apples-iBooks-2-is-revolutionary-but-not-yet_id26096

  4. Merci pour ton lien.
    Il est clair que la technologie coûte cher mais ce n’est pas une raison pour ne pas l’utiliser. En effet, elle ne pourra pas être utilisée par tout le monde par faute de moyens mais encore une fois, ce n’est pas comme ça que les choses changent et avancent. Il y a des précurseurs, souvent une minorité, qui ont souvent de l’argent et qui peuvent se permettre notamment d’utiliser la technologie.
    Le problème c’est le modèle économique, c’est l’inégalité sociale et économique à travers le monde. En achetant Apple, en achetant tout cours, on contribue à sa prospérité.
    Apple ne fait que jouer le jeu de ce système économique. Et nous on lui distribue les cartes. (bancaires) 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s